" Pardonner est une action plus noble et plus rare que celle de se venger " W. Shakespeare

J'ai plus pardonné et même oublié les affres violents de mon ex mari que le comportement désastreux du père de mes enfants. 

Mon ex mari était malade, tourmenté et psychiatriquement dérangé par son violent passé, sa violente enfance, un  père violent qui battait sa mère et qui est mort etrangement alors qu'il avait 10 ans, la douleur et la perte totale de confiance en soi au fil du temps et des trahisons. Cela nétait pas une raison pour m'infliger par transfert cette violence refoulée. Je l'ai dénoncé et quitté pour ma sécurité et mon bien être et pour mes enfants, quitte à ne plus avoir de toit au-dessus de ma tête. Malgré une peur qui m'a tiraillée pendant plusieurs mois et années je peux lui pardonner. Je l'ai pardonné.

 

En revanche, je ne peux accorder aucun pardon à l'Autre. Bien qu'il me l'ai demandé avant son mariage religieux car cela fait parti du processus pour s'engager avec une autre personne. Mais je ne lui ai pas accordé cette faveur. Il règlera ses comptes avec Dieu puisqu'il a decidé de suivre cette voie religieuse. Il a détruit l'enfance innocente de ses filles, il a anéanti ma vie pendant près de 10 ans. Aujourd'hui j'ai la tête haute, le coeur serein et seul le regard de mes enfants face à la triste réalité de la famille éclatée ranime ma colère. Et maintenant c'est la rancoeur de ses enfants qu'il doit subir. Car le boomerang revient toujours la gueule de celui qui l'a lancé. Quand on pense qu'il veut avoir un autre enfant. Les filles se sont chargées de lui rappeler qu'il na pas été capable deles élever en laissant maman toute seule, alors pourquoi en faire un autre? Je plains sa femme. 

 

coeurracommodé